Les bienfaits de la cryothérapie pour les sportifs

Dernière mise à jour :

Du domaine sportif à celui du bien-être, en passant par le secteur médical, les avis sur la cryothérapie convergent vers l’efficacité de cette méthode à de nombreux égards. Ce traitement consiste à soumettre le corps entier ou une zone ciblée à un choc thermique négatif afin de stimuler une zone de l’hypothalamus en charge de la régulation de la température corporelle. Il permet notamment de soigner les blessures, comme les tendinites, les entorses, et les claquages musculaires. La cryothérapie améliore également la récupération après l’effort, en atténuant la fatigue musculaire et les courbatures, et en stimulant la reconstruction musculaire. Elle contribue en outre à une meilleure fonction cardiovasculaire, en plus d’améliorer l’humeur et le sommeil.

Qu’est-ce que la cryothérapie ?

La cryothérapie tire ses origines de l’Antiquité grecque, période pendant laquelle on proposait, en plus des bains chauds, des bains froids. Ce n’est qu’en 1908 que cette méthode a été reconnue comme un traitement dans le domaine médical. Les applications de la cryothérapie se sont progressivement multipliées, et se sont étendues dans les domaines du bien-être, mais aussi du sport.

La cryothérapie corps entier (CCE)

La cryothérapie corps entier s’effectue dans une chambre où la température peut baisser jusqu’à -180 °C. En plus du maillot de bain, des équipements spécifiques sont prévus pour protéger les parties du corps les plus vulnérables au froid comme les oreilles, le nez, les lèvres, les doigts et les orteils. Ces séances cryo-thérapeutiques sont rigoureusement surveillées, et durent entre 2 et 4 minutes. Le passage dans des pré-chambres refroidies à -10 puis à -60 °C est également impératif pour permettre à l’organisme de s’adapter aux baisses de température extrêmes.

Le cryosauna corps partiel

Le cryosauna constitue une alternative moins couteuse, et s’effectue dans des cabines de sauna individuelles où la tête du sujet reste émergée. L’air de la cabine est refroidi grâce à l’injection d’azote, et la température peut baisser jusqu’à -160 °C. L’inconvénient du cryosauna réside cependant dans le manque d’homogénéité de la température dans la cabine, du fait de la densité plus élevée de l’azote et de la méthode d’injection du gaz par le bas.

Les bains froids

Le bain froid est la forme la plus rudimentaire de la cryothérapie. Elle consiste à s’immerger dans un bain d’eau froide à 10 °C pendant une dizaine de minutes. Cette méthode est pratiquée par certains sportifs amateurs et professionnels pour soulager les douleurs musculaires, mais aussi pour stimuler la récupération et le sommeil. Il existe aussi la méthode de bain à l’eau contrastée qui consiste en une immersion alternée dans de l’eau froide puis de l’eau chaude en alternance pendant 30 secondes à 2 minutes.

La cryothérapie mineure

La cryothérapie mineure consiste en une application locale sur la zone du corps concernée. Elle peut être réalisée grâce à un pistolet cryo-pulvérisateur ou encore à une électrode conductrice de froid, appelée cryode. Ce type de thérapie permet de soigner ou de soulager localement les blessures, comme les claquages et les entorses. Son application s’étend aussi à d’autres domaines comme la cryolipolyse visant à détruire les cellules adipeuses.

La cryothérapie et la réponse au froid

La cryothérapie vise à stimuler la réponse au froid et le processus de thermogenèse. L’exposition de la peau à une baisse de température extrême stimule la thermorégulation et les systèmes de défense coordonnés au niveau de l’hypothalamus. La réponse de l’organisme au froid se traduit notamment par :

Une vasoconstriction ayant pour effet d’augmenter la pression artérielle pour améliorer circulation sanguine. Ce processus contribue à une évacuation plus efficace des toxines et de l’acide lactique accumulé pendant l’effort. Il en résulte une atténuation des courbatures et douleurs musculaires, mais aussi une meilleure récupération.

Une sécrétion d’endorphines réduisant le stress et l’anxiété, tout en améliorant le sommeil et la récupération. Les endorphines contribuent aussi à la réduction de la douleur et à l’atténuation des inflammations.

Une sécrétion glucocorticoïdes à travers les glandes surrénales améliorant le potentiel énergétique pendant l’effort et la récupération après l’effort. Les glucocorticoïdes contribuent en effet à la synthèse du glucose, lequel constitue le principal carburant de l’organisme. Ils permettent aussi de reconstituer les réserves de glycogènes musculaires après l’effort. Les effets anti-inflammatoires des glucocorticoïdes ne sont pas en reste, et limitent les inflammations tissulaires tout en atténuant la sensation de douleurs qui en résulte.

La réduction de la sensation de douleur par l’anesthésie des récepteurs cutanés par le froid d’une part, et par le ralentissement de la conduction nerveuse permettant d’autre part.

La cryothérapie au service du sport

La cryothérapie est pratiquée depuis plusieurs décennies dans le domaine sportif, et entre aussi bien dans le cadre de la récupération que celui de l’amélioration des performances de l’athlète.

Avant l’effort

Une séance cryo-thérapeutique avant l’effort permet d’améliorer l’oxygénation des muscles et l’apport de nutriments, grâce au retour veineux suivant la vasoconstriction. Elle permet aussi de réduire le stress et d’améliorer la concentration avant l’épreuve. La sécrétion de glucocorticoïdes au niveau des glandes surrénales assure en outre, une meilleure efficacité de l’apport de glucose nécessaire à l’effort. La cryothérapie est toutefois déconseillée dans les 6 heures précédant l’effort afin de limiter les risques de blessures.

Après l’effort

Après l’effort sportif, une séance de cryothérapie constitue un excellent moyen d’atténuer les douleurs musculaires et la sensation de fatigue. Elle aide aussi à soigner les blessures, telles que les tendinites, les claquages et les entorses grâce à ses effets antiinflammatoires.

Atténuation des douleurs et de la fatigue

Hormis l’effet anesthésiant du froid lui-même, les corticosurrénales agissent sur le système nerveux central pour limiter la sensation de fatigue. Ces hormones surrénales ont également un effet analgésique sur l’organisme, inhibant ainsi la sensation de douleur.

Amélioration de la récupération

Les effets consécutifs de la vasoconstriction durant la cryothérapie et la vasodilatation qui s’ensuit favorisent l’évacuation des toxines accumulées dans les fibres musculaires pendant l’effort. La thérapie améliore également l’oxygénation des muscles, optimisant ainsi la récupération et la reconstruction musculaire. Les glucocorticoïdes sécrétés en réponse au froid améliorent également la reconstruction des réserves de glycogènes musculaires.

Amélioration du sommeil de la tension artérielle et de l’humeur

Une séance cryo-thérapeutique constitue un excellent moyen d’améliorer la fonction artérielle après l’effort. Elle permet aussi de dégager le stress et procure une sensation de sérénité, grâce à la sécrétion d’endorphines et de cortisol naturel. La cryothérapie améliore en outre la qualité du sommeil, un facteur essentiel quant à la récupération et la reconstruction des fibres musculaires.

Les autres applications de la cryothérapie

Hormis ses applications sportives, la cryothérapie s’étend dans le domaine médical, mais aussi celui du bien-être et de la beauté.

Les applications médicales

Les applications médicales de la cryothérapie sont nombreuses, et n’ont de cesse de se multiplier au fil des années. Les soins mineurs par l’utilisation de poches à glace ou de pistolets cryo-pulvérisateurs pour calmer la douleur en sont des exemples le plus basiques. Il en est de même pour les patchs et bâtonnets d’azote utilisés pour traiter les verrues. Mais la cryothérapie médicale va plus loin, et intervient dans des domaines multiples, comme le traitement des cas de rhumatisme inflammatoire, de maladies de la peau comme l’eczéma et le psoriasis, les contusions musculaires, la dermatite ou encore la sclérose en plaque. Elle peut aussi être pratiquée à titre préventif pour limiter les maladies respiratoires, broncho-pulmonaires et cardiovasculaires. L’usage de la cryothérapie pour la rééducation motrice de patients ayant souffert de blessures graves est en outre de plus en plus courant.

La cryothérapie pour le bien-être

Les séances de cryothérapie corps entier, de cryosauna et les bains froids pour le bien-être sont de plus en plus plébiscitées, et les témoignages et avis cryothérapie demeurent en somme positifs. Ces séances séduisent en effet par leurs vertus sur l’humeur générale, la détente musculaire, la forme physique et la qualité du sommeil. Elles permettent en outre de soigner les petits maux du quotidien, comme les tendinites, les petites inflammations ou les contractures. De nombreux centres de thalasso proposent en ce sens, des séances de cryothérapie comme alternative aux saunas et spas.

Les applications minceur

La cryothérapie gagne aussi du terrain dans les instituts de beauté et minceur. La cryolipolyse consiste à attaquer les adipocytes par le froid, grâce à un traitement local sur les zones sujettes à la cellulite. Les cellules adipeuses mortes seront par la suite évacuées de manière naturelle par l’organisme. La séance est réalisée grâce à un dispositif cryo-pulvérisateur ou à une électrode conductrice du froid sur la zone ciblée. Certains laboratoires développent aussi des gels cryo-amincissants destinés à la vente au grand public. Hormis la cryolipolyse, une séance de cryothérapie corps entier ou de cryosauna oblige l’organisme à dépenser jusqu’à 900 kcal dans le processus de thermogenèse.

Pour conclure

La cryothérapie est une méthode pratiquée depuis l’Antiquité pour le bien-être, puis à des fins médicales. Ses applications de nos jours concernent surtout le domaine sportif, mais aussi celui de la santé, du bien-être et de la minceur. L’objectif est de stimuler la réponse de l’organisme au froid à travers une baisse de température de quelques minutes, afin de déclencher la thermogenèse et les réactions de défense y afférant. Un processus permettant d’améliorer les performances physiques, de favoriser la récupération et de mieux soigner les blessures.

Que pensez-vous de cet article ?